Page 54 - Claire-de-Chavagnac-Brugnon
P. 54

52.
Travaux sur papier fin
J’utilise différents supports de travail, chacun d’eux étant propre à un aspect bien déterminé à l’intérieur de ma pratique.
J’ai parlé précédemment des toiles ainsi que des carnets de voyage et études sur papier. Ici je parlerai d’une pratique qui s’est invitée dans mon travail au fil des années.
Sur des papiers très fins je trace de petits bâtons verticaux souvent à l’encre dans un geste répétitif et métronomique. La main se déplaçant de trait en trait forme une ligne, suivie d’une autre et ainsi de suite tout au long de la page. Je scande ainsi le temps dans des moments de la journée qui sont des traits d’union d’une action à une autre. Je traite ces « espaces temps » comme des poèmes, dans une suite de rythmes articulés. Ils s’ordonnent d’eux-mêmes sur la page dans une musicalité reflétant les moments qui les voient naître. La verticalité du trait noir joue à part égale dans l’harmonie avec le blanc de la feuille -à la fois manque, silence et respiration-. L’ensemble se construit par ce que les jours successivement apportent, l’attitude face au travail, la lumière, l’outil, ma propre respiration et humeur.
Ces espaces deviennent lieux. « Comme le temps sacré est une coupure dans le cours ordinaire du temps (ils créent) une spatialité d’un autre ordre »*.
Claire de Chavagnac, avril 2019
*Henri Maldiney, L’arts, l’éclair de l’être, édition COMP’ACT, collection Scalène page 179.



























































































   52   53   54   55   56